Home / DIVERTISSEMENT  / ART  / Le Musée des beaux-arts de Montréal en mode western

Le Musée des beaux-arts de Montréal en mode western

MBAM-Western-Header-FR

C’est une association entre l’art et le cinéma qui transforme Le Musée des beaux-arts de Montréal en mode western, et ceci pour le plus grand bonheur de tous avec l’exposition IL ÉTAIT UNE FOIS… LE WESTERN. Cette exposition magistrale est loin d’être « kitsch » dans son approche, au contraire, on découvre un côté, du moins pour moi, qui m’était méconnu de cette époque.

Le Musée des beaux-arts de Montréal en mode western : La pluridisciplinarité à l’oeuvre

Comme je vous le disais plus haut, c’est par la pluridisciplinairité que le Musée des beaux-arts de Montréal vous offre son interprétation inédite du cinéma western en démontrant ses liens avec les arts visuels (peinture, sculpture, photographie) depuis le milieu du 19e siècle jusqu’à aujourd’hui. Vous découvrirez la création, la transmission et la transformation du mythe western en aux États-Unis et au Canada. C’est plus de 400 peintures, sculptures, installations, photographies, artéfacts, photogrammes et extraits de films qui mettent en oeuvre l’évolution du genre marqué par un dialogue incessant entre les beaux-arts et le cinéma.

Cette exposition est bien ancrée dans l’actualité mettant de l’avant le côté un peu plus sombre du western, mais également sa beauté. Les préjugés envers les peuples des Premières Nations, que nous essayons d’éradiquer aujourd’hui, et que le western a contribué à perpétuer, ainsi que des thèmes reliés à des questions toujours actuelles telles que la violence, la représentation stéréotypée des genres, les relations interraciales et l’acceptation de la différence sont mises de l’avant dans cette exposition. L’exposition nous pousse à remettre certaines valeurs en questions en démontrant à quel point l’art a le pouvoir à la fois d’entretenir et de remettre en cause les croyances les plus répandues. C’est parfois une bonne chose, des fois c’est quelque chose de dérangeant.

Le western, la culture avant l’histoire réelle

Le Musée des beaux-arts de Montréal en mode western - 1

Charles Schreyvogel (1867-1912), Franchir la ligne, s.d., huile sur toile . Tulsa (Oklahoma)

Nathalie Bondil, directrice générale et conservatrice en chef du MBAM, a initié et dirigé ce projet à Montréal. Elle explique « d’exposition multidisciplinaire. Les Américains entretiennent un rapport singulier avec le cinéma : Hollywood a joué un rôle clé dans l’invention d’une histoire nationale, dont le western fut l’un des principaux vecteurs. Depuis le spectacle de Buffalo Bill jusqu’à la scène sociopolitique actuelle, la légende du héros de l’Ouest s’imprime durablement au cœur de l’identité américaine. L’invention du western est celle d’une histoire culturelle quand l’histoire de la conquête de l’Ouest est en fait terminée. »

« Je souhaitais montrer comment la fabrique des images s’est nourrie d’histoire, d’arts visuels et de films pour cristalliser une mythologie de l’Ouest américain, puis comment les artistes l’ont récupérée pour en dénoncer des valeurs machistes, les stéréotypes racistes, l’annexion des territoires et une culture de la violence, toujours endémiques dans cette civilisation. Ce genre, autrefois cadenassé par une censure patriotique, puritaine et manichéenne, est devenu un puissant instrument critique : le western traite du désenchantement face au rêve américain ou accompagne les révolutions sociales. À Montréal, j’ai voulu une exposition complexifiée, nuancée et engagée dans ces problématiques actuelles. »

On a longtemps pris le western en héros, je me rappelle quand j’étais petit que moi-même je jouais au cowboy et aux indiens avec des amis, c’était un jeu amusant, mais problématique dans son essence. Mais un espoir renait lorsque l’on regarde les ciné-cadeaux avec Lucky Luke qui traite les Amérindiens comme son égal, quelque chose qui nous échappait durant notre jeunesse. D’ailleurs, je n’ai pas de souvenir de Lucky Luke dans l’exposition, mais c’est un autre sujet.

Le Musée des beaux-arts de Montréal en mode western : Une exposition énorme!

400. Je vous le disais plus haut, mais c’est énorme. Des peintures, vidéos, etc, il y en a. Et c’est énorme. De Sergio Leone à Clint Eastwood, tout y est! Sans oublier  la Harley Davidson originale du film Easy Rider et ainsi que des tableaux de Warhol, qui soulignent l’émergence de l’American Indian Movement. Comme quoi, l’Homme américain a toujours cherché son côté cow-boy.

Il ne faudrait pas oublier la partie canadienne et québécoise de toute cette histoire. Les  légendes québécoises, dont la vedette de la chanson country Willie Lamothe et le cowboy Will James ont perpétuées ces traditions. On peut observer également L’importance du paysage canadien mis en valeur par des artistes en arts visuels canadiens et des Premières Nations dans l’édification du genre avec des tableaux de Paul Kane, de William Brymner et de Henry Sandham, des sculptures de Louis-Philippe Hébert ainsi que des photographies de William Notman, dont nous vous parlions dans le magazine Hiver 2017).

Le Petit Western : Les enfants aussi ont leur place dans l’exposition

Voici un espace ludique et de sensibilisation gratuit pour les enfants et les familles. Ce dernier est destiné aux familles, aux groupes scolaires et aux organismes sociocommunautaires. Vous y trouverez 4 différents volets : un paysage grandeur nature, un cinéma jeunesse en collaboration avec le Festival international du film pour enfants de Montréal (FIFEM), un espace d’expression basé sur l’illustration de l’artiste autochtone Diane Obomsawin et un espace de médiation sur les mythes westerns et les réalités autochtones.

À l’image de la grande exposition du Musée, l’objectif pédagogique du Petit Western reste avant tout la découverte et la déconstruction d’un mythe, pour une meilleure compréhension de cette histoire légendaire.

Le Musée des beaux-arts de Montréal en mode western jusqu’au 4 février 2018.

Éditeur en chef et Fondateur de RDPmag - Normand est passionné de bonne bouffe, de vins, de spiritueux, de cocktails, de mode, de cinéma et encore plus! Il parle de ses passions, c’est pourquoi il a fondé Recettes de Pub devenu RDPMAG en janvier 2016, afin de parler de tout ce qui le passionne!