fbpx
Home / ART DE LA TABLE  / Le Festival du Loup-Marin, ou plutôt de son vrai nom, Le PhoqueFest!

Le Festival du Loup-Marin, ou plutôt de son vrai nom, Le PhoqueFest!

PhoqueFest - couverture

Pour une deuxième année, Le PhoqueFest est de retour dans une vingtaine de restaurants de la province. Oui oui, vous avez bien lu ! Ce festival gastronomique vous invite à déguster la viande de phoque, une viande typiquement canadienne, faisant même partie de notre patrimoine. Les chefs vous offrent des mets revisités!

Le PhoqueFest au Belon Montréal!

PhoqueFest - Table

Photo: Maryse Gagnon pour RDPMAG

Pour lancer le festival, j’ai été invitée, accompagnée, par le Belon à déguster un tartare de loup-marin. Une viande de choix! Le filet découpé avec soin surmonté d’un guacamole relevé, laissant à la viande rouge, sauvage et iodée du phoque prendre toute l’espace qui lui revient. À mi-chemin entre le cerf et le thon, le goût est surprenant! Tous les amateurs de gastronomie adoreront. En accord de vin, privilégiez un vin rouge aromatique.

Après le souper, j’ai eu droit à une rencontre avec l’un des organismes à la tête du festival. Fascinant à quel point le phoque fait controverse! 

Chasser ou ne pas chasser le Phoque?

Dans le passé, la chasse au phoque a malheureusement laissé place au braconnage. Pendant des décennies, la chasse au phoque a dû être interdite sur le territoire afin d’éviter la revente de la peau de phoque. Cette interdiction crée aujourd’hui un débalancement dans le golfe du St-Laurent. Le Phoque, ce gentil petit animal marin si joli, est en fait un prédateur qui se nourrit de morue*. Dans le but de rétablir un certain équilibre, une chasse très stricte et surveillée est de nouveau disponible au Québec. Dans le cadre des chasses contrôlées, 90 % de l’animal est conservé, seule la carcasse n’est pas utilisable. Une toute petite partie sera bonne à la consommation humaine, on ne parle que des filets. Toutefois, tout le reste servira à préparer des capsules d’oméga 3 et de la nourriture pour nos petits compagnons à la maison.

Cela dit, une superbe découverte!  

N’hésitez pas à réserver votre place dans l’un des 23 restaurants participants, le festival PhoqueFest se termine le 31 mars prochain.

Tous les détails sont ici!

—–

* Il existe présentement un débat concernant les impacts négatifs possibles de la prédation des phoques gris sur les populations de poisson, en particulier la morue de l’Atlantique. Des recherches scientifiques suggèrent que la prédation par les phoques gris pourrait expliquer une grande partie de la forte mortalité naturelle de la morue dans le sud du golfe du Saint-Laurent. Au rythme actuel de la mortalité naturelle de la morue, la croissance des stocks est peu probable sauf si la productivité augmente bien au-dessus des niveaux observés depuis la dernière décennie.

En 2014, le volume de la pêche commerciale au Canada atlantique était de 686,629 tonnes métriques.[4] La même année, la valeur de la pêche commerciale au Canada atlantique était de 2.38G$.[5] En 2012, une étude gouvernementale a démontré qu’un phoque gris adulte consomme entre 1.5 et 2 tonnes de poissons par an.[6] En supposant qu’une tonne de poisson vaut en moyenne 3,500$, il a été estimé que la population de phoque gris consomme plus de 2G$ annuellement en valeur de poissons et fruits de mer du Canada atlantique.

En Octobre 2012, le Comité sénatorial permanent des pêches et océans a recommandé l’abattage de 70,000 phoques gris sur une période de quatre ans.[7] Depuis cette recommandation, seule une poignée de phoques gris a été chassée, mais 150,000 se sont ajoutés.

Source: SeaDNA Canada

La montréalaise oeuvrant dans le domaine de la mode québécoise aime partir à la recherche de nouveautés. Passionnée de mode, de gastronomie et de sports, elle donne une attention particulière à ce qui est fait ici.